Rachat de crédit Info

Guide du Rachat de crédit immobilier - Rachat de crédit plus trésorerie travaux

Délégation d’assurance : une opération utilisée lors d’un rachat de crédit immobilier

Lors d’une opération bancaire comme le rachat de crédit immobilier, dont la durée de remboursement est plus ou moins longue, la banque exige différents types de garanties, mais elle insiste surtout sur l’assurance de prêt. Dans la plupart des cas, la banque propose à son client cette assurance pour faciliter les calculs du coût total du crédit. Pourtant, l’emprunteur a le droit de chercher une assurance de prêt auprès d’une autre compagnie d’assurance, tout en comparant les avantages et les inconvénients .

Implicitement, un rachat de crédit est un nouveau prêt qui remplace plusieurs prêts d’un emprunteur. Il peut y avoir des crédits à la consommation et des crédits immobiliers. C’est un rachat de crédit immobilier si la proportion, en terme de montant, des crédits immobiliers est supérieure à 60% par rapport à l’ensemble des crédits regroupés. Plusieurs sont les objectifs de l’emprunteur en réalisant un rachat de crédit, à savoir : alléger les charges, diminuer le taux d’endettement, obtenir une trésorerie supplémentaire pour réaliser un nouveau projet, etc. Spécifiquement, l’emprunteur veut regrouper tous ses crédits ou toutes ses dettes en un seul crédit, en une seule mensualité dont le montant doit être réduit significativement par rapport à l’ensemble des mensualités en cours. Toujours dans le sens des objectifs, le rachat de crédit est une solution rapide et efficace pour se profiter d’un reste à vivre plus important. En outre, l’emprunteur va admettre un seul taux d’intérêt, au lieu de subir les différents taux selon le nombre de crédits contractés et en cours et probablement l’emprunteur, va réaliser des économies significatives.

Le risque est que l’emprunteur peut être tenté à contracter d’autres dettes lorsque l’opération de rachat de crédit est réussie, sachant que le taux d’endettement s’est abaissé. L’autre risque qui peut être incontournable est la contrainte de rembourser une somme élevée, sans négliger la fiscalité qui en découle.

Comme avantages, l’emprunteur va payer moins d’intérêt sur le long terme et il retrouve également son pouvoir d’achat avec un reste à vivre adapté. Pourtant, les inconvénients ne doivent pas être négligés, par exemple, l’allongement de la durée du crédit. Par conséquent, le montant total du crédit est significativement plus élevé. En outre, la banque initiale peut insister sur les indemnités de remboursement anticipé ou IRA dont le taux varie selon le capital restant dû ou selon la période restante de remboursement. Après avoir rappelé le b.a.-ba du rachat de crédit, il faut également prendre connaissance ou réviser ce qu’on entend généralement par assurance emprunteur.

L’assurance emprunteur représente une assurance devant garantir la prise en charge des échéances de remboursement ou du capital restant dû d’un crédit, si par accident l’emprunteur n’arrive plus à honorer les mensualités. La raison peut être le décès de l’emprunteur, la perte totale et irréversible d’autonomie, l’invalidité permanente, l’incapacité de travail d’où la perte de revenu. L’assurance emprunteur peut prendre en charge en tout ou en partie les échéances, selon les clauses du contrat d’assurance.

Pratiquement, une assurance de prêt immobilier est exigée par la banque lors de la constitution du dossier de crédit. Au fait, c’est l’une des conditions pour obtenir l’accord de la banque, car cette assurance garantit à la banque la continuité des mensualités jusqu’au terme du contrat, quel que soit l’événement qui peut se produire. L’assurance décès est le type d’assurance qui s’ajoute systématiquement dans les contrats des emprunteurs. En revanche, l’incapacité de rembourser à cause d’une invalidité physique ou mentale empêchant l’emprunteur d’exercer son métier doit être reconnue médicalement.

Entre la banque et l’emprunteur, il doit y avoir un commun accord pour le calcul du remboursement d’assurance emprunteur. En général, pour faire le calcul de l’assurance de crédit immobilier, les paramètres qui entrent en compte sont le taux d’assurance, le montant de prêt. Par la suite, on peut avoir le montant des mensualités pour éclaircir les idées et les décisions. Dans certains cas, la banque propose elle-même l’assurance de prêt à son client. Parfois, ce client cherche une solution plus avantageuse auprès d’une autre compagnie d’assurance, c’est la délégation d’assurance.

Certains professionnels dans le domaine financier, banque et assurance appellent la délégation d’assurance comme assurance prêt « hors banque », c’est-à-dire que l’emprunteur contracte une assurance de prêt auprès d’une compagnie d’assurance, autre que l’établissement de financement à qui il a adressé une demande de rachat de crédit. Cette décision de changer d’assurance est parfois basée sur le gain en termes de prix et de conditions plus favorables. Réaliser la délégation d’assurance, c’est-à-dire contracter une assurance « hors-banque », nécessite quelques étapes à suivre, à la lettre, pour éviter les mauvaises surprises.

Première étape
L’emprunteur recherche l’assurance emprunteur simultanément à la négociation du rachat de crédit. En effet, connaissant la proposition de la banque, l’emprunteur peut faire la comparaison des prix et des prestations. Il faut que la délégation d’assurance soit performante pour que la banque ne puisse pas le rejeter. En effet, l’assurance de prêt doit contenir les garanties essentielles, telles que : le décès, la perte totale et permanente d’autonomie, l’incapacité totale de travail, l’incapacité partielle de manière permanente.

Deuxième étape
Cette étape consiste à calculer le coût total du crédit, c’est-à-dire le coût qui inclut l’assurance de prêt. Cette étape est conjointement réalisée avec le conseiller bancaire afin de pouvoir négocier simultanément le taux et les conditions de prêt. Cette étape peut prendre une ou 2 semaines.

Troisième étape
Lorsque l’établissement prêteur donne son accord préalable pour une délégation d’assurance, après avoir consulté la fiche d’information standardisée et la notice fournies par la compagnie d’assurance (Première étape de l’emprunteur), l’emprunteur peut conclure le contrat d’assurance de prêt. Par la suite, l’emprunteur ajoute l’attestation d’assurance dans son dossier de crédit et attendre 10 jours pour entendre la réaction de la banque. Normalement, la souscription du crédit doit attendre la délégation d’assurance, parce le montant doit être inclus dans le contrat, sinon on risque de refaire l’offre bancaire requérant une période relativement longue.

La délégation d’assurance permet à l’emprunteur d’obtenir des garanties sur mesure par rapport à son profil, à savoir : son âge, sa situation familiale, sa situation sanitaire, sa situation professionnelle, son lieu de résidence, ses hobbies, sa capacité budgétaire, etc. Ainsi, l’emprunteur peut négocier le prix de son assurance pour en soutirer des économies. Comme autre avantage, il est possible de réévaluer la cotisation d’assurance en rapport au capital restant dû, c’est-à-dire que la cotisation mensuelle diminue graduellement. En général, l’assurance emprunteur proposé par les organismes prêteurs est fixe, avec une marge relativement importante.

En effet, une délégation d’assurance, dans la plupart des cas, réduit le coût du rachat de crédit. De sa propre initiative, l’emprunteur peut s’assurer qu’il est protégé, et pareillement pour la banque, laquelle n’aurait pas accepté la délégation d’assurance si elle n’y trouve pas de garanties nécessaires. Cependant, il faut reconnaître que le coût d’une assurance emprunteur représente toujours une somme non négligeable, jusqu’à 30% du coût du crédit. L’emprunteur peut positiver la délégation d’assurance en y ajoutant une assurance santé pour tous les risques qui pourraient l’empêcher à rembourser son prêt immobilier, et pourquoi pas une garantie supplémentaire si le prix à payer n’est pas trop différent. C’est stratégique pour rassurer l’organisme prêteur s’attendant à un bon déroulement des remboursements.

Retour